[Sunday motivation] de 0 à 15 milions : La vraie histoire d’une femme qui est devenue millionaire grâce aux ordinateurs.

Tiré de :  Ces êtres que rien n’arrête. de Cynthia Kersey.    

Lorsque Maria Elena Ibanez était adolescente en Colombie, son père l’inscrit dans des classes de programmation informatique. Les ordinateurs devenaient de plus en plus connus en Amérique latine malgré leurs prix exorbitants de 100 000 $. Maria Elena a été instantanément prise dans cette révolution technologique. En 1973 elle part aux États-Unis pour étudier l’informatique à l’université. A Son en poche, elle eut une idée.

Les Ordinateurs personnels étaient vendus au prix de 3000 $ aux USA. Une fraction du prix auquel ils étaient achetés en Amérique latine. « Pourquoi ne pas se lancer dans la distribution d’ordinateurs dans le sud ? » se dit-elle ? Où un marché fertile attendait d’être touché. Elle partagea son idée avec les plus grandes firmes informatiques qui fabriquaient les ordinateurs personnels à l’époque (on était déjà en 1980) et demanda une chance pour distribuer leurs produits dans son pays. Ils lui dirent « d’oublier » l’idée ; mais elle rappela. Ils finirent par lui dirent, que l’Amérique latine était au milieu d’une crise économique. Les pays d’Amérique latine sont pauvres et n’ont pas d’argent. Ils considéraient que c’était un trop petit marché à explorer. Maria Elena voyait quelque chose de différent. Elle perçut une opportunité ou d’autres voyaient des limitations. « Je me disais que même si le marché était seulement de 10 millions $, il était assez grand pour moi. Je pouvais me faire de l’argent et personne d’autre ne voudrait y aller parceque’il est trop petit.

Elle n’avait que 23 ans, une femme, et n’avait aucune expérience en marketing. Chose que les compagnies voyaient comme un handicap. Mais elle savait 2 choses : les ordinateurs étaient moins chers aux USA et l’Amérique latine en avait besoin.

Pleine d’espoir et d’optimisme, elle approcha un banquier et demanda une ligne de crédit. Il voulait voir son business plan. Elle n’en avait jamais entendu parle. Le second banquier qu’elle approcha lui demanda son marketing plan. Elle ne savait pas ce que cela signifiait non plus. Ensuite, elle tenta d’aller directement chez les distributeurs. La plupart ne voulaient pas la rencontrer, 2 d’entre elles acceptèrent de l’écoute sceptique bien sûr.

Elle leur demanda combien de business il avait en Amérique latine. Auncun, alors elle leur répondit : » Je vais vendre $10 000 dollars de vos produits en 1 an en Amérique latine. Elle devait s’assurer de tenir les délais. « ’Altos computers », une compagnie d’ordinateurs à l’époque, qui n’avait rien à perdre lui offrit un agrément de distribution exclusive pour 9 mois. L’étape suivante était d’appeler une agence de voyages. Ses instructions étaient claires : « programmez-moi un ticket de Miami pour l’Argentine avec des escales dans toutes les grandes villes sans payer d’extra. Voilà comment elle désigna son marketing plan. Elle ajouta : “l’ignorance peut souvent être profitable, je ne savais pas dans quoi je me lançais” sans aucune expérience, croyant en ses objectifs, son intuition devint son guide. Elle s’arrêta en Colombie prit une chambre d’hôtel, et ouvrit “’les pages jaunes’’(genre d’annuaires téléphoniques pour les compagnies, restaurant et lieux de distractions) et se mit à appeler les compagnies d’ordinateurs. Qu’est-ce qui arriva par la suite à Maria Elena Ibanez ?

 

C’est ce que nous découvrirons dans la suite de notre prochain récit .

Partager l'article.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages
  • 7
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.